Bandeau PerfEA

le besoin de stratégie

Pourquoi un programme de recherche-action sur la stratégie et le développement durable en agriculture ?

Un contexte complexe et imprévisible


Le contexte de la production agricole est en constante évolution.
L’environnement dans lequel évoluent les exploitations agricoles devient de plus en plus imprévisible, complexe et difficile à appréhender par les agriculteurs.
Suite à un mouvement de dérégulation des prix, les marchés agricoles sont devenus de plus en plus fluctuant ajoutant à la gestion des risques naturels inhérents à l’activité agricole celui des risques de marché. A cette nécessité pour les agriculteurs de gérer à la fois le niveau de production et le niveau de risque s’ajoute des demandes sociétales (réduction des intrants, services éco-systémiques, services aux territoires…)- légitimées ces derniers temps par des engagements politiques (Grenelle de l’environnement par exemple) - poussant vers la mise en œuvre d’un management de l’exploitation à la fois plus respectueux des écosystèmes, des territoires et des hommes qui y vivent.
Du point de vue de l’évolution des structures, on assiste actuellement à une augmentation de la taille des exploitations agricoles accompagnée d’une saturation de la capacité de travail (Mignolet et al. 1998 ; Dedieu et al. 1999). Dans le même temps, l’intensité du capital et le nombre d’exploitations sous forme sociétaire croissent (Rattin, 2007) alors que la part du travail familial diminue (Agreste, 2011). Les plus grosses exploitations ont tendance à se spécialiser, alors que certaines, développent de nouvelles activités en vue de se différencier (agritourisme, services environnementaux, etc.) (Agreste, 2011). Une exploitation sur cinq commercialise en circuit-court, plus particulièrement dans les exploitations de petite taille économique (Agreste, 2011). Les exploitations agricoles s’éloignent petit à petit du modèle de l’exploitation agricole familiale (Laurent et al., 1998).
Il n’y plus de modèle unique et chaque agriculteur doit construire son propre système en compatibilité avec son environnement, ses envies et les attentes sociales.

Le développement durable, une nouvelle transition ?


Après avoir réalisée une première révolution verte, l’agriculture est une nouvelle fois à une étape charnière qui doit lui permettre de faire évoluer ses systèmes de production vers une meilleure contribution au développement durable. Ce mouvement, en cours, ne va pas de soit, il mobilise l’ensemble des acteurs impliqués, depuis la fourche jusqu’à la fourchette, depuis le producteur, jusqu’au consommateur. Mais en position charnière, les agriculteurs par la façon dont ils conduisent leurs exploitations sont des acteurs incontournables de cette évolution. Bien sur, tous les leviers nécessaires à l’amélioration globale de la contribution de l’agriculture au développement durable ne sont pas activables par les agriculteurs mais un certain nombre dépendent plus ou moins directement de leur choix. C’est pourquoi il semble essentiel de s’intéresser à la façon dont les agriculteurs pilotent leurs exploitations et à la manière dont leurs projets peuvent être plus ou moins en cohérence avec la volonté partagée de faire évoluer l’agriculture vers d’avantage, encore, de contribution au développement durable.
Ces évolutions questionnent également le rôle du conseiller. D’une fonction de prescripteur ayant pour rôle d’améliorer l’efficience d’un système donné dans un contexte stable, le conseiller doit, de plus en plus, être en mesure d’accompagner les agriculteurs dans les mutations et les transformations de leurs systèmes de production vers une meilleure contribution au développement durable des territoires.
La recherche-action PerfEA a été mise en place pour apporter des réponses opératoires permettant de faciliter l’accompagnement des agriculteurs dans la mise en œuvre de logique d’amélioration de la performance globale de leur exploitation.
  leviers complexité développement durable exploitation agricole pilotage stratégie